INFORMATIONS DIVERS

Les lingettes :

« Très pratiques, elles sont parfois signalées comme « biodégradables », voire pouvant être jetées dans les toilettes. Or, le fait de jeter des éléments solides dans les toilettes notamment (mais aussi les éviers, lavabos et tout système rejoignant le réseau de collecte des eaux usées), outre qu’il est interdit, entraîne des dysfonctionnements voire des dommages aux installations d’assainissement collectif et augmentent le coût du service public de l’assainissement.

Une seule solution : pour ne pas engorger les canalisations, ni dégrader les pompes, et éviter dans le même temps d’alourdir votre facture d’eau, il est important de ne plus jeter vos lingettes ou serpillières, même celles dites « biodégradables » dans la cuvette des WC : jetez-les dans la poubelle ! »

Rappel de la réglementation

« L’article R.1331-2 du Code de la Santé Publique (Raccordement d’eaux usées au système de collecte)

” interdit d’introduire dans les systèmes de collecte des eaux usées :

  1. a) Directement ou par l’intermédiaire de canalisations d’immeubles, toute matière solide, liquide ou gazeuse susceptible d’être la cause, soit d’un danger pour le personnel d’exploitation ou pour les habitants des immeubles raccordés au système de collecte, soit d’une dégradation des ouvrages d’assainissement et de traitement, soit d’une gêne dans leur fonctionnement ;
  2. b) Des déchets solides, y compris après broyage ; (…). »

« L’article 13 de l’arrêté du 21 juillet 2015 (Raccordement d’eaux usées non domestiques au…

Ne sont pas déversés dans le système de collecte :

1° Les matières solides, liquides ou gazeuses susceptibles d’être toxiques pour l’environnement, d’être la cause, soit d’un danger pour le personnel d’exploitation ou pour les habitants des immeubles raccordés au système de collecte, soit d’une dégradation des ouvrages d’assainissement et de traitement, soit d’une gêne dans leur fonctionnement ;

2° Les déchets solides (lingettes, couches, sacs plastiques…), y compris après broyage… »

Tout à l’égout ? Non, pas tout !